vendredi 20 avril 2018

Quiche aux blettes et au curry

Quiche aux blettes et au curry (végane)
Bien que les légumes de printemps fassent doucement leur apparition sur les étals des marchés, les légumes "d'hiver", et en particulier les blettes, restent d'actualité (surtout si on ne veut pas finir en déficit à la fin du mois, car il faut bien l'avouer, les asperges et les petits pois, surtout en début de saison, c'est pas le même prix que les courges et les choux). Si je ne me lasse pas vraiment des carottes, radis et autres légumes à feuilles, pour éviter la lassitude et me mettre en phase avec le changement de temps, j'essaie un peu d'ajouter une petite touche d'exotisme dans mes menus. Encore plus que d'habitude peut-être, je m'efforce de penser "outside the box", comme ici avec cette association blettes-curry-raisins secs. Si j'en avais eu, j'aurai même sans doute ajouté un peu de lait de coco, pour renforcer le côté exotique, mais bon, comme je vous le disais, en ce moment, je teste la décroissance en cuisine et j'essaye de ne pas racheter de nouveaux ingrédients (et c'était d'autant plus facile que la Biocoop était fermée) du coup, je m'en suis passée et c'était tout de même très bon. Et vous, vous la gérer comment la frustration culinaire de début de printemps ?
Quiche aux blettes et au curry (végane)
 Pour une tarte :
  • 250 g de pâte brisée ou levée*
  • 1 botte de blettes
  • 2 c. à s. de curry (à ajuster selon votre goût et la force de votre curry)
  • 1 poignée de raisins secs
  • 200 g de tofu ferme
*J'ai opté ici pour une pâte levée type pizza car j'avais un reste, mais de la pâte brisée marche aussi très bien. 
Couper grossièrement les blettes et les faire cuire à l'étouffée une dizaine de minutes, jusqu'à ce que les blettes soient cuites mais les côtes encore fermes. Ajouter les raisins secs.
Etaler la pâte sur le plan de travail fariné et en foncer un moule à tarte graissé. Piquer à la fourchette s'il s'agit d'une pâte brisée. 
Mixer la moitié du tofu avec le curry et un peu de sel et environ 15 cl d'eau pour obtenir une texture liquide. Ecraser le reste du tofu à la fourchette et le mélanger à la préparation précédente.
Mélanger les blettes avec la préparation au curry et verser le tout sur le fond de tarte.
Faire cuire une vingtaine de minutes à 180°C.
Servir chaud, tiède ou encore froid.

Variante : Si vous en avez, vous pouvez remplacer les 15 cl d'eau par du lait de coco, pour une saveur encore plus exotique. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 18 avril 2018

Sablés sésame orange

Cuillère et saladier : Sablés sésame orange
Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, il y a des ingrédients et saveurs, qui bien qu'a priori neutres en eux-mêmes, m'apparaissent comme plus typés "salés" que "sucrés". Un peu comme ces prénoms épicènes qui sonnent à mon oreille plus féminins que masculins (ou l'inverse - par exemple pour moi Camille est une fille et Dominique un garçon, ça ne s'explique pas -). La purée de sésame, et plus généralement le sésame, est ainsi dans mon esprit spontanément associée à la saveur salée (association certainement pas complètement étrangère à mon penchant pour l'houmous et le caviar d'aubergines....). Pourtant, a priori, rien ne la prédestine à une telle utilisation et dans bien des pays, la petite graine dorée s'invite aussi traditionnellement dans les préparations sucrées, à l'instar de la halva ou des divers biscuits secs au sésame très répandus dans les cuisines moyenne-orientale mais aussi italienne ou même grecque. J'aurai d'ailleurs pu vous faire croire que c'est mon récent voyage en Grèce, où je me suis régalée d'oranges juteuses et de koulourakia au sésame qui m'a inspiré cette recette, mais en réalité, j'ai réalisé ces petits sablés avant mon départ, donc cette belle histoire tombe à l'eau. A moins que cela n'ai été une influence inconsciente, en prévision du voyage ?
Toujours est-il que je me suis réveillée un matin ayant follement envie de tester dans de petits biscuits cette association somme toute assez classique du sésame et de l'orange. Alors ni une ni deux, je me suis mise aux fourneaux pour des sablés tous simples du point de vue des ingrédients (si, comme apparemment la plupart des personnes branchées bio/végé, vous êtes un-e adepte du houmous et que vous possédez donc un - gros - pot de tahin) mais un peu plus originaux du point de vue des saveurs.
Cuillère et saladier : Sablés sésame orange
Pour une quinzaine de sablés :
  • 150 g de farine (ici épeautre)
  • 75 g de purée de sésame (complète de préférence)
  • 40 g de sucre complet
  • 1 orange bio
  • 2 à 3 c .à s. de graines de sésame
Laver l'orange, l'essuyer soigneusement et en râper le zeste. Presser le jus et réserver.
Dans un saladier, mélanger la farine, le sucre et le zeste d'orange.Ajouter la purée de sésame et sabler du bout des doigts.
Verser le jus d'orange et amalgamer pour faire une boule. Au besoin, ajouter un peu d'eau. Assembler la pâte en boule et la rouler sur le plan de travail pour former un boudin.
Placer les graines de sésame sur le plan de travail et rouler le boudin de pâte dedans en appuyant légèrement pour incruster les graines dedans. Au besoin, humidifier un peu la pâte pour que le sésame adhère mieux.
Enveloper le boudin de pâte dans un linge propre et le mettre au frais au moins 30 minutes pour le raffermir. Idéalement, placer la pâte dans le compartiment frizzer, ce qui va permettre de la congeler très légèrement : elle n'en sera que plus facile à découper ensuite.
Une fois le boudin bien ferme, le détailler en tranches d'environ 0,5 cm d'épaisseur. Les placer sur une plaque à pâtisserie recouverte d'une feuille anti-adhésive.
Faire cuire à 180°C. 10 à 12 minutes, le temps que les sablés soient bien dorés.
Faire refroidir sur une grille.
Conserver dans une boîte en fer hermétique.
Sablés sésame orange
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 27 mars 2018

Petites crèmes simplissimes caroube-noisette

Cuilllère et saladier : Petites crèmes caroube-noisette
Des petites crèmes improvisées un jour où j'avais follement envie d'un petit dessert (ça ne m'arrive pas souvent). Comme en ce moment je me suis lancée le défi de ne rien racheter en dehors des fruits et légumes avant d'avoir fini mes réserves (bon, en vrai, c'est un peu contrainte et forcée, parce que je n'ai pas le temps d'aller faire les grosses courses à la Biocoop), c'est une recette "fond de placard" qui ne nécessite que des ingrédients de base (enfin, dans ma cuisine) et longue conservation. L'idée était aussi de me "débarrasser" de ce paquet de poudre de caroube qui traîne depuis trop longtemps dans mes affaires. Cette astuce de former un gel d'agar-agar avant de le mixer permet d'obtenir une texture moins cassante qu'avec l'utilisation plus classique de l'agar. C'est la technique utilisée par Végébon pour ses yaourts végétaux sans soja (un grand classique chez moi aussi), inspirée par Chocolate Covered Katie. Ainsi, pas d'ajout de fécule et pas besoin de surveiller et touiller...et pourtant une texture onctueuse à souhait. Alors certes, il ne faut pas se louper dans le dosage de l'agar-agar, mais depuis que j'ai mes petites cuillères à mesure, ce n'est plus un souci pour moi. Et puis au pire, s'il y en a trop, la texture est juste plus ferme, ce qui n'est pas mauvais non plus. En tout cas, c'est tellement simple et rapide que je sens que ça va devenir l'une de mes recettes de base fétiche. J'ai déjà plein d'idées pour l'adapter : en version purée d'amandes + vanille, en version chocolat, à l'orange....
Cuilllère et saladier : Petites crèmes caroube-noisette
Pour 3 petites crèmes :
  • 300 ml d'eau
  • 40 g (1 belle c. à s.) de purée de noisette
  • 20 g (1 belle c.à s.) de caroube en poudre
  • 1 c.à c. d'agar-agar (2 g)
  • sucrant au choix (sucre complet, sirop d'agave,...)

Placer l'eau dans une casserole, ajouter l'agar-agar et mélanger au fouet. Porter à ébullition et maintenir cette dernière 1 minute. Verser le mélange dans un petit plat et faire prendre en gel (pour aller plus vite, verser en couche très fine dans un grand plat à gratin et placer au frais).
Une fois le gel pris, le couper en gros morceaux et le placer dans le bol du mixer avec la purée de noisette, la caroube et le produit sucrant. Mixer jusqu'à obtenir une texture lisse.
Répartir la crème obtenue dans de petits pots ou ramequins et faire prendre au frais.

Remarque : Pour une texture plus ferme, vous pouvez mettre un peu moins de liquide. Avec 200 ml on obtient des petites crèmes de consistance plus proche de la crème aux oeufs ou lait gélifié. 

Cuilllère et saladier : Petites crèmes caroube-noisette


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 14 mars 2018

Quiche courge-curry-sésame et orange

Quiche courge-curry-sésame et orange
Encore une quiche... dites-donc ces derniers temps, elle ne se renouvelle pas beaucoup la petite dame ! J'ai bien conscience qu'entre la tarte aux blettes, la quiche carotte-curry-pavot et celle courge-cacahuète, je vous en ai servi des tartes salées, ces derniers temps. Pour ma défense, ce n'est pas que je sois monomaniaque (quoique), mais il faut bien avouer que la quiche c'est bien pratique tout de même. Ca se consomme aussi bien chaud que froid, ça se transporte bien, ça se conserve pas mal non plus,... Que demande le peuple ? A dire vrai, c'est un peu mon arme secrète lorsque je sais que je n'aurais pas beaucoup le temps de cuisiner dans la semaine pour mes déjeuners. Une grosse demi-heure en cuisine et emballé c'est pesé, avec une salade verte j'ai à manger pour quelques jours.
Quiche courge-curry-sésame et orange

Pour 1 quiche (4-6 personnes) :
Pour la pâte au tahin :
  • 150 g de farine (ici, épeautre complète)
  • 75 g de tahin (ici complet)
  • 1 pincée de sel
  • 10 à 12 cl d'eau

Pour la garniture :
  • env. 800 g de courge
  • 150 g de tofu soyeux
  • 1 orange 
  • 1 c. à s. de curry (à ajuster selon la puissance de votre curry)
  • 1 belle c. à s. d'huile de sésame grillé
  • 1 pincée de sel
  • 1 filet d'huile
  • graines de sésame pour décorer
Quiche courge-curry-sésame et orange
Préparer la pâte : Dsns un saladier, mélanger la farine et le sel. Ajouter le tahin et mélanger avec les doigts pour obtenir un sable. Verser l'eau petit à petit pour former une pâte. Ramasser en boule et laisser reposer au frais.
Préparer la garniture : Râper la courge en réservant quelques tranches fines pour la décoration. La faire revenir quelques minutes dans un filet d'huile pour la précuire. Faire cuire les tranches réservées quelques minutes à la vapeur.
Dans un saladier, battre ensemble le tofu soyeux avec le zeste d'orange râpé, le curry, un peu de sel et l'huile de sésame grillé. Ajouter la courge cuite bien égouttée.
Etaler la pâte à tarte sur le plan de travail fariné et en foncer un moule à tarte huilé. Piquer à la fourchette, lester de petits cailloux, boules en céramique ou haricots secs.
Faire cuire la pâte à blanc une dizaine de minutes à 180°C.
Verser la garniture à la courge sur le fond de tarte précuit, décorer de graines de sésame et des tranches de courge réservées et faire cuire 30 à 35 minutes à 180°C, le temps que la garniture soit prise.
Servir chaud, tiède ou froid.
Quiche courge-curry-sésame et orange

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 7 mars 2018

Tartinade de betteraves aux noisettes

https://cuillereetsaladier.blogspot.com/2018/03/tartinade-de-betteraves-aux-noisettes.html
Je voue une véritable passion aux betteraves (rouges en particulier) et j'ai du mal à comprendre qu'on ne la partage pas.. car oui, j'ai découvert qu'un nombre non négligeable de personnes n'aiment pas cette petite boule rouge. Si je peux comprendre qu'on ai été traumatisé par la salade de betterave rouge en conserve de la cantine, comment résister à de délicieuses betteraves rôties au four avec amour ?? En effet, même si j'ai toujours aimé les betteraves rouges, la découverte des betteraves rouges crues a été une révélation. Certes il faut s'armer de patience pour les faire cuire, mais leur saveur est tout de même incomparable à celles que l'on trouve sous vide, en particulier si on opte, comme je le fais souvent, pour une cuisson au four, qui révèle ses arômes boisés. Pour changer un peu de la traditionnelle salade à la mâche et aux noix, je vous propose ici de la mixer avec de la purée de noisette pour une délicieuse tartinade. Comme j'aime le contraste de texture, j'y ai aussi glissé de petits éclats de noisettes torréfiées, pour ajouter un peu de croquant. Une petite crème à étaler sur des craquottes de sarrasin, des galettes de maïs ou plus classiquement sur des tranches de pain grillé (au levain le pain, of course) pour venir étoffer un repas un peu léger ou égayer un apéro. 

Pour 1 petit pot :
  • 1 betterave de taille moyenne (125 g env.)
  • 1 belle c. à c. de purée de noisette
  • 1 pincée de sel
  • 1 poignée de noisettes
Faire rôtir la betterave au four 30 à 40 minutes. Elle est cuite lorsque la peau se craquelle et se détache facilement. A la fin de la cuisson, profiter de la chaleur du four pour toaster les noisettes. Laisser refroidir.
Eplucher la betterave (ou pas, personnellement je laisse la peau car j'aime le petit goût de brûlé que cela apporte), la mixer avec la purée de noisette, le sel et assez d'eau pour avoir une texture onctueuse.
Concasser grossièrement les noisettes et les incorporer à la tartinade.
Conserver au frais dans un pot en verre.
Note : Le plus souvent, pour optimiser la chaleur du four, je réalise cette opération pendant la cuisson d'une autre préparation (gratin, tarte, légumes rôtis,...). Une fois lancés, n'hésitez pas non plus à mettre à rôtir plusieurs betteraves à la fois (le reste pourra être congelé, ou venir garnir la fameuse salade de mâche ! ).
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 2 mars 2018

Gratin de fanes (et autres verdures) à la béchamel de pois chiche

Gratin de fanes (et autres verdures) à la béchamel de pois chiche - vegan
Depuis peu je suis à fond sur la cuisine des fanes. Il faut dire que depuis que j'ai déménagé dans le Sud-Ouest j'ai la chance de pouvoir me fournir en fruits et légumes directement auprès des producteurs. Je m'approvisionne notamment sur le marché auprès d'un vieux monsieur qui vend les trois légumes de son jardin et a une politique de prix des plus simples : la botte de blettes ? 1€, la botte de cresson ? 1€, le kilo de courge ? 1€ ... il n'y a que les longs radis noirs ou rouges qui font exception et se négocient à 50 centimes la pièce.
Si le choix est réduit, les produits sont toujours de première fraicheur (dans tout les sens du terme ces derniers temps) et de qualité. Lorsque  je rentre chez moi avec mes bottes de radis, de navets boules d'or ou de carottes et que je vois toute cette belle verdure, je n'ai pas le coeur de mettre ces fanes au rebut. D'autant plus que pour la première fois depuis plusieurs années maintenant je n'ai pas de compost. Alors je réfléchi plutôt deux fois qu'une avant de mettre un déchet organique à la poubelle. C'est d'ailleurs aussi pour cette raison que j'ai glissé dans ce petit gratin les côtes de ma salade. Non seulement elles viennent adoucir le piquant des fanes, mais c'est aussi toujours ça de moins dans ma poubelle !
Gratin de fanes (et autres verdures) à la béchamel de pois chiche - vegan
Si je dois être tout à fait sincère, cette idée de gratin me vient d'un post de Cléa, où elle détaille des idées pour cuisiner les fanes, et notamment un "gratin d'herbes".  Je l'ai un peu revisité à ma sauce (c'est le cas de le dire) avec une béchamel à la farine de pois chiche et un mélange chapelure-noisettes-levure maltée pour le croustillant, afin de l'accorder à mes goûts et au contenu de mes placards (je vous ai dit que je suis aussi dans une - ènième - phase "je vide mes placards ?).   C'est donc une recette "spécial récup" que je vous présente là. Je m'excuse à l'avance pour les proportions plus qu'approximatives de cette recette, mais je l'ai faite un peu au pif au mètre ...
Gratin de fanes (et autres verdures) à la béchamel de pois chiche - vegan
 Pour 1 personne :
  • fanes d'1 botte de radis (ou de navets) + 1 petite poignée de côtes de salade
  • 1 belle c.à s. de farine de pois chiche
  • 1 filet d'huile
  • env. 150 ml de lait végétal
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à s. de chapelure (miettes de pain*)
  • 2 à 3 c. à s. de levure maltée
  • env. 10 noisettes
* Petite astuce zéro déchet/anti-gaspi : Je collecte les miettes qui tombent lorsque je coupe mon pain ou le fait griller dans un petit pot, ce qui me fait de la chapelure sans effort (et sans pain sec). Sinon, la chapelure, c'est parfait pour recycler les croutons tout durs qui trainent dans le sac à pain et que personne ne veut manger... Car on achète pas de la chapelure, c'est une aberration !  Si vous n'avez pas de pain dur, réduisez en miette une tranche de pain grillé, ça marche aussi!

Laver soigneusement les fanes de radis, les couper grossièrement si elles sont grosses. Faire de même avec les côtes de salade.
Faire chauffer un peu d'huile dans un pôele, y faire tomber les fanes et les côtes de salade. Ajouter un peu d'eau, saler, couvrir et faire cuire une petite dizaine de minutes à couvert.
Pendant ce temps, préparer la béchamel : faire chauffer un filet d'huile dans une casserole, verser d'un coup la farine, en remuant pour faire un roux. Mouiller avec le lait versé petit à petit, en mélangeant soigneusement pour éviter les grumeaux. Faire épaissir sur feu doux en remuant constamment. Cela prend plus de temps que pour une béchamel à la farine classique ; compter un peu plus de 10 minutes.
Ajouter alors 1 à 2 c. à s. de levure maltée et saler au goût.
Mélanger la verdure cuite avec la béchamel et répartir dans un plat à gratin.
COncasser grossièrement les noisettes, les mélanger avec la chapelure et le reste de la levure maltée. Parsermer le gratin du mélange.
Faire gratiner 15 à 20 minutes à 180°C.

Note : Pour une version sans gluten, ne pas mettre la levure maltée, utiliser de la chapelure sans gluten (pain des fleurs réduit en poudre par exemple) et ajouter un peu de sauce soja ou de miso dans la béchamel pour relever le goût.


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 21 février 2018

Salade de salsifis au curry, raisins secs et amandes

Salade de salsifis au curry, raisins secs et amandes
Cette recette s'inspire d'une salade que j'ai dégusté dans un restaurant à Vienne, lors d'un voyage que j'avais fait l'année dernière. Elle m'avait vraiment beaucoup plu et j'avais soigneusement noté l'idée dans mon petit carnet. Et puis l'occasion ne s'était jamais vraiment présentée car je n'avais pas réussi à trouver des salsifis frais et je ne me résolvais pas à la tenter avec leur équivalent en conserve. Alors lorsque enfin j'ai réussi à en dénicher dans un magasin bio en Allemagne lors de mon dernier passage outre-Rhin, je me suis empressée d'en acheter. Ce qui m'a d'ailleurs fait pas mal cogité sur la notion de "local". En effet, lesdits salsifis provenaient d'une exploitation du coin, mais une fois rapportés chez moi dans mon lointain Sud-Ouest, ils avaient finalement facilement fait 800 km de route... Ceci dit, ce n'est pas comme si j'avais affrété un camion spécial pour les transporter, j'aurai de toute manière pris le train, avec ou sans salsifis... Alors, local ou pas ?
Salade de salsifis au curry, raisins secs et amandes - 2
La recette originale faisait il me semble appel à de la crème fraîche, mais vu que je n'en avais pas et que j'avais la flemme de ressortir chercher un pot de crème de soja lactofermenté (pot dont, au passage, je n'aurais su que faire du reste car je n'ai pas l'habitude d'utiliser ce genre de produit), j'ai opté pour du yaourt.
Mon souvenir commençant à se faire lointain, je ne suis pas du tout sûre que ce que j'ai obtenu ressemblait vraiment à ce que j'avais mangé, mais en tout cas, c'était très bon.
Salade de salsifis au curry, raisins secs et amandes - 3
 Pour 1 personne :
  • 250 g de salsifis frais
  • 100 g de yaourt (ou de crème épaisse) de soja
  • 1 c. à c. de moutarde
  • 1 c. à c. de curry (à ajuster selon la puissance de votre curry)
  • 1 c. à s. de raisins secs
  • quelques amandes
Réhydrater les raisins secs dans un peu d'eau. 
Eplucher les salsifis et les couper en tronçons de 4-5 cm. Pour éviter qu'ils ne vous collent aux mains, les placer au fur et à mesure dans un saladier d'eau additionné d'un peu de jus de citron ou de vinaigre (pour éviter l'oxydation).
Faire cuire les salsifis à la vapeur une quinzaine de minutes, jusqu'à ce qu'ils soient tendres.
Pendant ce temps, préparer la sauce en mélangeant le yaourt, la moutarde et le curry.
Torréfier les amandes à sec dans une poêle et réserver.
Lorsque les salsifis sont cuits, les laisser tiédir, puis les mélanger avec la sauce et les raisins secs. Parsemer d'amandes torréfiées.
Servir.
Salade de salsifis au curry, raisins secs et amandes - 4

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 6 février 2018

Gratin de chou rave au tofu fumé et aux noisettes

https://cuillereetsaladier.blogspot.com/2018/02/gratin-de-chou-rave-au-tofu-fume-et-aux.html
Cela faisait un moment déjà que j'avais repéré cette recette de gratin de chou-rave au tofu fumé chez Cléa. Forcément, les Allemands m'ayant transmis leur amour du Kohlrabi et j'étant déjà bien accro au tofu fumé, si vous me parlez d'un gratin alliant les deux, forcément, je cours. C'est drôle comme en France ce légume est mal connu et peu populaire. Alors qu'outre Rhin, tout les petits écoliers ont des tranches de Kohlrabi dans leur Brotdose. C'est d'ailleurs sous cette forme que je l'ai découvert adolescente chez ma correspondante et que je l'ai retrouvé plus tard lors de mon installation à Mayence. Du coup je n'ai que peu l'habitude de cuisiner véritablement cette drôle de boule. Pourtant, à l'instar du radis noir, c'est étonnant comme son goût change à la cuisson, cette dernière faisant ressortir son côté doux et sucré.
Bref, j'avais un chou-rave, j'avais du tofu fumé, je me suis dit : faisons ce gratin. Mais comme j'avais la flemme de (r)allumer mon ordinateur pour vérifier la recette, j'ai bricolé avec mes souvenirs, ce qui a donné une version légèrement différente, mais aussi savoureuse. En plus elle est toute simple niveau ingrédients et relativement rapide à réaliser. Le secret est une cuisson douce et rapide lors du passage au four : il faut que la crème de tofu se réchauffe juste, pas qu'elle prenne. Pour ce faire, il est nécessaire que les tranches de chou-rave soient déjà bien fondantes. L'alliance chou-rave - tofu fumé est délicieuse, et avec les noisettes torréfiées sur le dessus, c'est une tuerie!
 

Pour 2 personnes :
  • 1 chou rave de taille moyenne
  • 1 bloc de tofu fumé
  • 1 poignée de noisettes
  • 1 c. à s. de levure maltée (facultatif)

Laver soigneusement le chou-rave, le détailler en lamelles assez fines (comme je suis une flemmarde, je ne le pèle pas, mais certains trouvent la peau trop épaisse et préfèrent l'enlever).
Faire cuire les lamelles de chou-rave à la vapeur 15 à 20 minutes, jusqu'à ce qu'elles soient bien tendres.
Préchauffer le four à 180°C. 
Réserver 6-7 fines tranches de tofu fumé et mixer le reste avec assez d'eau pour obtenir une consistance de crème végétale.
Hacher grossièrement les noisettes et les mélanger à la levure maltée.
Lorsque le chou-rave est cuit, en répartir la moitié dans un plat à gratin. Parsemer de tranches de tofu fumé et arroser avec un petit peu de "crème" de tofu. Recouvrir du reste du chou-rave et arroser avec le reste de "crème" de tofu.
Parsemer le dessus du gratin du mélange noisette-levure maltée et enfourner pour 10 à 15 minutes, juste le temps que la crème de tofu se réchauffe et les noisettes brunissent.
Servir bien chaud.
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 2 février 2018

Petits pains à la noix de coco

Petits pains à la noix de coco Alors que fleurrissent partout sur les blogs et les sites spécialisés les recettes de crêpes, gauffres et autres pâtes à tartiner, je me la joue originale avec cette recette de petits pains à la noix de coco (bon, en vrai, c'est que comme toujours, je suis tellement à la ramasse que je n'ai pas eu le temps d'anticiper pour vous proposer une recette spécial Chandeleur - mais chut, il faut pas le dire).
Petits pains à la noix de coco
Le pain, j'ai des périodes avec et des périodes sans. Après être passée par une looongue période sans je recommence à avoir des envies de pain, en particulier au petit déjeuner. Enfin, je crois que j'ai aussi et surtout des envies de boulange... et comme j'ai récupéré un peu de levain auprès d'un de mes collègue, ça ne va pas aller en s'arrangeant à mon avis. J'ai déjà les mains qui me démangent...
Ces petits pains sont rassasiants grâce à la farine complète et les flocons d'avoine. La noix de coco apporte un petit goût presque sucré, ce qui fait qu'on peut tout à fait les glisser dans son sac pour les déguster tels quels pour les goûters ou les matins pressés. Je me suis (fortement) inspirée de cette recette qui me faisait de l'oeil depuis un moment. Je les ai dégusté en mode "total coco", légèrement toastés et tartiné de beurre de coco mais je suis sûre qu'il doivent aussi être délicieux avec du lemon curd ou une autre pâte à tartiner un peu acidulée pour venir compenser la douceur de la noix de coco. J'ai aussi testé avec une fine couche de miso et des rondelles de radis noir pour un sandwich "fond de placard" et c'était aussi délicieux...

Petits pains à la noix de coco

Pour 8 petits pains :
  • 320 g de farine d'épeautre complète
  • 80 g de flocons d'avoine
  • 80 g de noix de coco râpée 
  • 9 g de levure de boulanger sèche (1 sachet)
  • 1/2 c. à c. de sel
  • 30 à 40 cl d'eau tiède
Dans un saladier, mélanger la farine d'épeautre, les flocons d'avoine, la noix de coco râpée et le sel. Ajouter la levure, mélanger et verser l'eau petit à petit en mélangeant à la cuillère pour obtenir une pâte légèrement collante mais qui se tienne. "Pétrir" ainsi quelques minutes à la cuillère puis rassembler la pâte en boule.
Couvrir le saladier d'un torchon humide et laisser reposer environ 2h dans un endroit chaud à l'abri des courants d'air.
Verser la pâte sur le plan de travail fariné et la travailler quelques minutes. La pâte est assez lâche et collante. Former un boudin et le découper en 8 petits morceaux. Rouler les morceaux entre vos deux mains pour former de petits pains et les placer sur une plaque recouverte d'une feuille anti-adhésive en les espaçant bien.
Couvrir d'un torchon humide et laisser à nouveau lever pendant 1h environ.
Préchauffer le four à 200°C. et y faire cuire les petits pains 20 à 25 minutes.
Laisser refroidir sur une grille.




PS : Je profite de ce post pour vous faire part de la parution de mon nouveau livre, "Manger végane- Tout ce qu'il faut savoir" aux éditions Jouvence. Cette fois-ci, point de recette, mais des tonnes de conseils pour passer à une alimentation végétalienne : comment équilibrer votre alimentation, opérer une transison en douceur (ou pas), gérer les relations avec vos proches,... (tout est dans le titre en fait) Pour plus d'infos et les commandes, c'est par ici.

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 25 janvier 2018

Soupe butternut-patate douce au citron, gingembre et curry

Soupe butternut-patate douce au citron, gingembre et curry
Autant je n'aime pas trop tout ce qui est jus de fruits et smoothie, autant j'adore la soupe, sous toutes ses formes et en toute saison. Et plus encore lorsque, comme ces derniers temps, le temps se fait pour le moins maussade. Je ne sais pas ce qu'il en ai chez vous, mais chez moi, cela fait presque une semaine que le soleil n'a pas montré le bout de son nez, et deux jours qu'il pleut quasi sans discontinuer... Le genre de temps qui donne envie de petits plats bien réchauffants et réconfortants, en première ligne desquels, la soupe bien sûr! On fait difficilement plus simple dans ce registre. C'est d'ailleurs pourquoi, alors que la soupe revient avec une fréquence quasi-quotidienne dans mes menus, il n'y a pas tant de recettes de soupe que ça sur le blog. C'est que j'estime (peut-être à tord), que vous n'avez pas besoin de moi pour mettre trois légumes avec un fond d'eau dans une casserole et mixer le tout.
Cette fois-ci non plus, rien de bien révolutionnaire, mais mes petites bidouilles habituelles ont débouchées sur une association de saveurs suffisamment intéressante pour que je me dise qu'elle valait la peine que je rédige ce billet. Il s'agit ici d'une soupe bien onctueuse comme je les aime, et délicatement épicée. Le piquant du curry et l'acidité du citron viennent agréablement contraster la douceur de la butternut et de la patate douce pour une soupe qui fait un peu voyager les papilles.

Soupe butternut-patate douce au citron, gingembre et curry
Pour 3-4 portions :
  • 1 petite courge butternut (ou autre courge)
  • 1 patate douce
  • 0,5 à 1 cm de gingembre frais
  • 1 citron bio
  • curry en poudre (quantité à adapter selon vos goûts et la force du curry)
Soupe butternut-patate douce au citron, gingembre et curry

Couper la butternut et la patate douce en gros morceaux.
Les placer dans une casserole et couvrir d'eau. Ajouter le gingembre râpé, la moitié du zeste de citron râpé, le curry et un peu de sel.
Couvrir et faire cuire à feu moyen une quinzaine de minutes, jusqu'à ce que les légumes soient tendres.
Si vous le souhaiter, retirer la peau des morceaux de légumes*.
Râper le reste du zeste de citron et réserver.
Mixer la soupe avec le jus de citron, ajuster l'assaisonnement en sel et en curry.Servir parsemé du zeste réservé.

*Je trouve bien plus facile d'enlever la peau de la courge une fois cuite : elle se détache toute seule. Et de même pour la patate douce. Pour cela, j'égoutte les légumes en réservant le jus de cuisson, j'attends quelques minutes qu'ils refroidissent, puis je prélève la chair des morceaux de légumes à la cuillère.
Ceci dit, la plupart du temps, je fais ma flemmarde jusqu'au bout et je mixe tout sans enlever la peau... Comme j'ai un bon mixer et que les légumes sont bien cuits, j'obtiens tout de même une soupe lisse.
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 19 janvier 2018

Tarte aux blettes, noix et tofu fumé

Cuillère et saladier : Tarte aux blettes, noix et tofu fumé

Longtemps je n'ai pas aimé les blettes. Ou plutôt, j'ai cru que je n'aimais pas les blettes. Enfant, j'ai été traumatisée par le gratin de côtes de bettes (et oui, chez nous on disait bettes, ça donne envie non?) de mon père (pardon Papa).  Je n'aimais pas du tout ces petits bouts tout durs et filandreux noyés dans de la sauce béchamel. Après un lobbying intense, les autres membres de la famille et moi-même avons obtenu que le fameux gratin disparaisse des menus. L'affaire était pour moi classée et les blettes (ou bettes) ont disparu de mon univers culinaire. Jusqu'à ce qu'un jour, je regoûte à un gratin de blettes, cette fois-ci préparé par ma tante, qui mêlait feuilles et côtes. Et sans dire que ce fut une révélation, disons que cela m'a fait reconsidérer ma position sur la question. Je n'allais tout de même pas jusqu'à acheter (ni cuisiner) moi-même ce drôle de légume (faut pas exagérer, on surmonte pas un traumatisme comme ça), mais sa consommation de redevenait une option envisageable.
Et puis le temps a passé, l'eau a coulé sous les ponts et dernièrement, certainement aussi sous l'influence passive des Allemands qui mettent les "Mangold" à toutes les sauces, les bettes, rebaptisées blettes, se sont invitées dans ma cuisine, d'abord timidement, puis de plus en plus franchement (d'ailleurs, si vous êtes sages, je partagerai avec vous ma recette de blettes aux tomates et aux olives).
Au départ, je n'avais pas du tout prévu de faire cette recette. J'étais certes partie sur une tarte (je ne me suis pas encore risquée au gratin, il me reste encore quelques séquelles), mais je pensais y associer blettes et citron. Allez savoir pourquoi, j'ai (quelque peu) dérivé de ma trajectoire initiale, comme vous pouvez le constater. Les saveurs sont ici bien plus rustiques, avec les noix et le tofu fumé, qui viennent donner du caractère à cette tarte salée, qui se déguste aussi bien chaude que froide.
Cuillère et saladier : Tarte aux blettes, noix et tofu fumé
Pour une tarte de 20 cm environ :
Pour la pâte :
  • 100 g de farine d'épeautre
  • 25 g de farine de noix (à défaut, de noix finement moulues)
  • 45 g d'huile (ici mélange d'huile de coco et d'olive)
  • 1 pincée de sel

Pour la garniture :
  • 1 petite botte de blettes
  • 125 g de bloc de tofu fumé
  • 8 à 10 cl d'eau
  • 1 petite poignée de cerneaux de noix

Préparer la pâte : Dans un saladier, mélanger la farine d'épeautre, la farine de noix (ou la poudre de noix) et le sel. Ajouter l'huile et sabler du bout des doigts. Verser un peu d'eau pour amalgamer et rassembler la pâte en une boule.
Réserver au frais.
Préparer la garniture : Détailler les blettes (côtes et feuilles) en lamelles et les laver soigneusement. Faire chauffer un peu d'huile dans une casserole, y faire revenir les blettes, saler légèrement puis couvrir et faire cuire une quinzaine de minutes à l'étouffée dans leur jus. Au besoin, ajouter un peu d'eau si les blettes attachent.
Couper le tofu en gros morceaux et le mixer avec un peu d'eau, pour obtenir une crème.
Monter la tarte : Etaler la pâte sur le plan de travail fariné et en foncer un moule à tarte graissé. Piquer la surface à la fourchette et répartir les blettes en prennant soin d'enlever le jus de cuisson. Verser la préparation au tofu et sécouer un peu le moule pour la répartir.
Concasser grossièrement les cerneaux de noix et les répartir sur la tarte.
Faire cuire 20 à 30 minutes à four chaud (180°C), en surveillant que les noix ne brûlent pas.

Variante : On peut remplacer les blettes par des épinards et les noix par des noisettes.
Si vous n'avez pas de tofu fumé, remplacer ce dernier par du tofu ferme et ajouter un peu de sauce soja et de levure de bière au moment de le mixer.
Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 13 janvier 2018

Petits pains vapeur au curcuma

Petits pains vapeur au curcuma

On peut difficilement faire plus "healthy" que cette recette. Entre le curcuma et la cuisson vapeur, je crois qu'on atteint le sommet de la cuisine saine. Si en plus ils étaient sans gluten, ces petits pains pourraient prétendre être vraiment au sommet de la hype culinaire ! 
Pourtant je ne vous vanterai pas les propriétés antioxydantes et anti-inflammatoire du curcuma. De même, je vous épargnerai le petit laïus sur les bienfaits de la cuisson vapeur, qui préserve vitamines et minéraux et blablabla et blablabla. Non, moi je vous dirai que je suis une adepte de la cuisson vapeur pour la texture légèrement élastique qu'elle donne aux produits à base de farine, et que j'ai choisi d'ajouter du curcuma, tout simplement pour la belle couleur jaune qu'il confère à ces petits pains. (Ceci dit, j'ai tout de même ajouté une pincée de poivre à la préparation, pour augmenter la biodisponibilité de la curcumine et opté pour de la vapeur douce, car autant faire les choses bien...)
Ces petits pains sont parfaits à déguster au petit déjeuner, coupés en deux et tartinés d'un peu d'huile ou de beurre de coco. Ils peuvent aussi venir accompagner un plat en sauce type curry ou encore compléter un bol de soupe pour un repas rapide.

Petits pains vapeur au curcuma

Pour 6 petits pains :
  • 250 g de farine d'épeautre intégrale
  • 2 c. à c. de levure de boulanger déshydratée
  • 12 cl d'eau tiède
  • 2 belle c. à s. de curcuma en poudre
  • 1 pincée de poivre noir moulu

Dans un saladier, mélanger la farine d'épeautre, le curcuma en poudre, le poivre et le sel. Ajouter la levure de boulanger, mélanger à nouveau. Former un puits et y verser l'eau. Incorporer cette dernière à la cuillère en bois puis à la main, jusqu'à former une boule de pâte. Pétrir une petite dizaine de minutes, jusqu'à obtenir une pâte bien élastique qui  ne colle pas aux doigts.
Reformer une boule, la mettre dans un saladier, couvrir d'un torchon humide et laisser reposer 1h30 à 2h, le temps que la pâte double de volume.
Reprendre la pâte et la pétrir à nouveau quelques minutes sur le plan de travail fariné. Former un boudin de pâte et le diviser en six. Former de petites boules de pâte. Recouvrir le fond du panier du cuit-vapeur* d'une feuille de papier sulfurisé trouée par endroits, y disposer les petits pains en les espaçant bien. Couvrir d'un torchon humide et laisser lever une trentaine de minutes.
Faire chauffer l'eau dans le fond du cuit-vapeur. Lorsque l'eau bout, mettre le panier contenant les petits pains, fermer le couvercle et faire cuire 15 minutes. Enlever alors le couvercle et faire cuire encore 5 minutes.
Enlever le panier du cuit-vapeur et laisser les petits pains tiédir avant de les décoller du papier.
Déguster tièdes ou froids.

*Si vous n'avez pas de cuit-vapeur, ça marche aussi très bien avec une marguerite, un panier vapeur en bambou ou encore le panier vapeur d'une cocotte-minute (à condition ensuite de ne pas la mettre sous pression lors de la cuisson).

Note : Pour profiter pleinement de leur moelleux, mieux vaut consommer rapidement les petits pains et les conserver bien enveloppés dans un torchon. 
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 9 janvier 2018

Tarte carottes-curry-pavot

Tarte carottes-curry-pavot
Je ne sais pas vous, mais en ce début d'année, j'ai envie de simplicité. Ce n'est pas tant que les fêtes soient particulièrement synonyme d'excès chez moi, mais elles sont tout de même l'occasion de passer du temps en cuisine, de tester des recettes un peu plus élaborées qu'à l'ordinaire. Et ce n'est pas que je m'en plaigne, au contraire, je pense que vous commencez à connaître mon penchant pour les expérimentations et les défis culinaires. Mais après cette période d'émulation et d’excitation, par retour de balancier, j'aspire à plus de simplicité dans ma cuisine. Si à cette période de l'année, je fait la part belle aux soupes et aux salades, ce n'est pas par volonté de détox, mais plus par envie d'un certain retour aux saveurs simples. Back to the basics dirait nos amis anglo-saxons. C'est pourquoi ici, rien de bien révolutionnaire dans cette association carotte-curry qui fonctionne toujours très bien. Les graines de pavot apportent un petit côté croquant à l'appareil fondant de cette tarte, qui peut se déguster aussi bien chaude que froide. Elle est donc parfaite à glisser dans les lunchs-box qui reviennent elles aussi au goût du jour avec la reprise du boulot...

Tarte carottes-curry-pavot
Avec tout ça, j'allais presque oublié de vous souhaiter une belle et bonne année 2018, pleine de découvertes, de petits et de grands bonheurs.

Pour 1 grosse tarte (6 pers) :
Pour la pâte :
  • 200 g de farine d'épeautre complète
  • 80 g d'huile de coco (ou autre huile résistant à la cuisson)
  • 1 pincée de sel
  • un peu d'eau

Pour la garniture :
  • 4 carottes
  • 200 g de tofu ferme
  • 20 cl de crème végétale
  • 1 c.à s. de farine de pois chiche
  • 2 c. à s. de curry
  • 1/2 c. à s. de curcuma
  • Sel, poivre
  • 1 c.à s. de pavot

Préparer la pâte : Dans un saladier, mélanger la farine et le sel. Ajouter l'huile de coco à température ambiante et sabler du bout des doigts. Verser petit à petit l'eau pour former une boule de pâte. Réserver au frais 30 minutes.
Préparer la garniture : Râper les carottes. Faire chauffer un peu d'huile dans une poêle, y faire revenir les épices une petite minute. Ajouter les carottes, mélanger, baisser le feu et laisser cuire jusqu'à ce que les carottes soient cuites.
Pendant ce temps, mixer le tofu avec un peu d'eau ou de lait végétal pour obtenir une consistance crémeuse.
Lorsque les carottes sont tendres, arrêter le feu, verser la crème de tofu puis la crème végétale et bien mélanger. Ajouter enfin la farine de pois chiche et rectifier l'assaisonnement.
Assembler la tarte : Etaler la pâte sur un plan de travail fariné et en foncer un moule à tarte d'une vingtaine de centimètre de diamètre.
Verser la garniture aux carottes sur le fond de tarte. Saupoudrer généreusement de pavot.
Faire cuire 30 minutes à 180°C.
Servir chaud, tiède ou froid. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 29 décembre 2017

Petits sablés roulés au pesto

Cuillère et saladier : Petits sablés roulés au pesto
Ce n'est pas que je vous avais oublié, ou que je n'ai pas pensé à vous, mais entre une surcharge de boulot, un nouveau livre à relire vite vite pour qu'il parte à l'impression, un presque déménagement et ces derniers jours une petite maladie, arriver à trouver le temps de m'occuper du blog a été plus que compliqué. Alors cette année pas de recette de Noël sur Cuillère et saladier ; pas de bûche, de petits biscuits ou de chocolats... Promis, je me rattraperai l'année prochaine (j'ai comme l'impression que j'avais déjà dit ça l'année passée - mais chut, cette fois-ci, on y croit -). Ceci dit, je me rattrape déjà un peu avec cette recette de petits sablés salés que vous pourrez servir à vos apéritifs du Nouvel an. Avouez que c'est plus classe tout de même que des vulgaires chips ou autres biscuits apéritifs industriels !
Cuillère et saladier : Petits sablés roulés au pesto
Pour une quinzaine de sablés :

Préparer la pâte à sablés : Dans un saladier, mélanger la farine et le sel. Ajouter l'huile d'olive et mélanger à la main du bout de doigts pour former un sable. Ajouter un peu d'eau pour former une boule de pâte.
Etaler la pâte en rectangle sur le plan de travail fariné sur une épaisseur d'environ 0,2 cm. Vérifier bien que la pâte se décolle parfaitement du plan de travail. Placer un grand côté devant vous. Tartiner la pâte de pesto, en laissant 1,5 à 2 cm de libre sur l'un des grands côtés. Rouler la pâte sur elle-même en serrant bien pour former un boudin, en commençant par le côté enduit de pesto. Souder le rouleau avec un peu d'eau.
Réserver au frais au moins 30 minutes, le temps que le rouleau se raffermisse (pour aller plus vite, mettre la pâte 15 minutes au congélateur).
Découper les sablés : Découper des tranches d'1centimètre d'épaisseur dans le rouleau de pâte. Ecraser légèrement les sablés et les disposer sur une plaque de cuisson recouverte d'une feuille anti-adhésive.
Faire cuire 15 à 20 minutes à 180°C, le temps que les biscuits soient bien croquants.

Variantes :  Remplacer le pesto par du pesto rosso, de la purée de tomates séchées, de la tapenade, de l'artichaunade, de la poivronnade...

Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 9 décembre 2017

Granola nori-amandes

 Granola nori-amandes
Sauvé in extremis de la carbonisation par mon colloc, ce granola est venu agrémenté les (nombreuses) soupes et purées qui ont jalonné mes dernières semaines. Il faut dire que ces derniers temps, entre un presque-déménagement, un nouveau boulot et un bouquin à corriger, le temps et la motivation pour cuisiner m'ont fait assez régulièrement défaut. Ajoutez à cela l'arrivée des premiers frimas, les jours qui raccourcissent .... Bref, autant de raison pour me donner envie de petits plats tout simples mais bien réconfortants. Et pour moi, rien de plus réconfortant qu'une soupe de potimarron ou une purée carotte-patate douce, avec plein de petits trucs parsemés par-dessus pour apporter peps, croquant, craquant... En fait, au départ, j'avais l'intention de me faire une fournée de mon granola aux amandes marinées au tamari (en version salée cette fois-ci). Mais j'avais la flemme de faire mariner les amandes, mon paquet d'algue nori me tendait les bras (si si) et mon pot de miso me narguait sur le plan de travail, donc j'ai un peu dévié de ma trajectoire...
Granola nori-amandes
Pour 1 bocal :
  • 250 g de flocons d'avoine
  • 1 feuille de nori
  • 1 poignée d'amande
  • 1 grosse poire
  • 1 belle c. à s. de miso de riz
  • 2 c. à s. d'huile de coco fondue
Eplucher la poire, enlever le coeur et la mixer avec le miso de riz.
Déchiqueter la feuille de nori en petits morceaux et réserver.
Dans un saladier, mélanger les flocons d'avoine, les amandes et les morceaux de nori. Verser dessus la purée de poire et l'huile de coco fondue.
Mélanger pour obtenir une masse homogène. Au besoin, ajouter un peu d'eau.
Etaler la préparation sur une plaque de cuisson et mettre au four à 100°C. pour une petite heure, en remuant de temps en temps, jusqu'à ce que le granola soit bien croquant.
Laisser refroidir complètement et conserver dans un bocal hermétique.

A déguster tel quel en guise d'en-cas, à parsemer sur vos soupes et purées ou à picorer à l'apéritif.

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 3 décembre 2017

Gâteau au yaourt chocolat-poire (vegan)

  Gâteau au yaourt chocolat-poire (vegan)
Cela faisait un moment que je voulais tester cette technique de mettre des fruits entiers directement dans la pâte. Je n'avais pas encore franchi le pas, dieu va savoir pourquoi (peut-être mon sens de la justice ?? Avec cette technique, c'est un peu quitte ou double; ou tu tombes sur un morceau super fruité, ou bien tu n'as rien du tout...mais finalement mon sens de l'esthétique a vaincu – il faut avouer que c'est beau, tout de même ces poires non ?)
Comme je ne voulais pas me casser la tête, et n'étant pas (vraiment) chez moi, je n'avais pas toutes mes petites poudres et autres ingrédients bizarres à disposition, j'ai improvisé une recette toute simple avec les ingrédients du placard. Comme quoi non, cuisiner végétalien ne nécessite pas d'avoir trente-six mille ingrédients exotiques.
J'ai réalisé cette recette un soir, en discutant avec mes collocs...et absorbée par ma conversation, j'ai oublié de mettre le sucre ! Mais au final, cela ne s'est pas senti, en raison des poires, qui apportent tout de même un goût sucré et du sucre déjà présent dans le chocolat à cuire. Ceci dit, je sucre toujours très peu, et je pense que pour des papilles plus habituées au sucre, cela vaut le coup d'en mettre un peu tout de même...
J'ai trouvé le gâteau encore meilleur un peu rassis, mais c'est une question de préférence personnelle....
Gâteau au yaourt chocolat-poire (vegan)

Pour 1 gros cake :
  • 3 à 4 poires
  • 2 yaourts de soja
  • 3 pots de yaourts de farine
  • 1/2 pot d'huile
  • 1 pot de lait végétal
  • 200 g de chocolat à cuire
  • 1/2 à 1 pot de sucre (selon vos goûts et la force de votre chocolat)
  • 1 belle c. à c. de bicarbonate de soude
  • 1 c. à s. de vinaigre de cidre

Préchauffer le four à 180°C.
Eplucher les poires et les réserver. 
Faire fondre le chocolat au bain-marie. Lorsqu'il est fondu, y ajouter l'huile, puis le lait végétal.
Dans un saladier, mélanger la farine et le bicarbonate (et le sucre). Ajouter les yaourts puis verser le mélange chocolaté et mélanger pour obtenir une pâte lisse. Ajouter le vinaigre.
Verser un fond de pâte dans un moule à cake graissé. Poser les poires dans le moule et verser le reste de pâte.
Faire cuire 40 à 50 minutes, jusqu'à ce que la pointe d'un couteau ressorte sèche.
Laisser refroidir avant de démouler.
Conserver au réfrigérateur.

Astuce : Si comme moi vous achetez votre yaourt en grand pot et non en conditionnement individuel, prennez tout simplement comme mesure un petit verre de 100 ml que vous remplirez successivement de yaourt, de farine, d'huile, etc. Sinon, vous pouvez aussi prendre tout bêtement votre verre à mesure en vous callant à chaque fois sur le repère correspondant à 100 ml. Ce qui compte vraiment ici, c'est le respect de la différence de proportion entre chaque ingrédient.

Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 25 novembre 2017

Tarte salée courge cacahuète

Tarte salée courge cacahuète (vegan) Il est de ces associations qui vous trottent dans la tête, vous tourmentent, vous turlupinent... et il en va ainsi de l'alliance courge et cacahuète. Cela faisait un bon moment déjà que cette association me tournait dans la tête (pas jusqu'à m'empêcher de dormir, mais pas loin). Il faut dire qu'en ce moment, je suis dans une période "cacahuète". Je (re)découvre cette pistache de terre comme disent nos amis canadiens, alors même qu'il y a quelques années, je ne la supportait pas. Comme quoi, les goûts et les couleurs, non seulement ça ne se discute pas, mais ça évolue... Rien d'étonnant donc à ce que j'essaie de l'associer à ma grande passion dans la vie : les courges. J'aurais pu utiliser du potimarron, mais j'ai voulu innover cette fois-ci avec de la citrouille (en vrai, j'avais de la citrouille à finir au réfrigérateur, mais ça il ne faut pas le dire...). Ceci dit, je suis persuadée que ça marche avec la plupart des courges. La texture sera peut-être un peu différente selon celle que vous utilisez. Ici, la tarte reste très fondante car la citrouille est une courge relativement aqueuse. Certainement qu'avec du potimarron, plus dense, vous obtiendrez une texture plus ferme.
La préparation de la garniture est plutôt expresse (du moins, si vous possédez un appareil pour râper la courge) car la courge n'est pas préalablement cuite. J'ai opté ici pour une pâte levée, mais rien de vous empêche de réaliser cette tarte avec une pâte sablée (à la purée de cacahuète pour rester dans le thème!).  
Tarte salée courge cacahuète (vegan)
Pour une grosse tarte (6- 8 personnes) : 
Pour la pâte :
  • 250 g de farine
  • 1 c. à c. de levure de boulanger
  • 1 c. à c. de sel
  • env. 10 cl d'eau tiède

Pour la garniture :
  • 500 g de citrouille râpée
  • 4 belles c. à s. de purée de cacahuète
  • 20 cl d'eau
  • 1 belle c. à s. de fécule
  • sel
Préparer la pâte : Dans un saladier, mélanger la farine et le sel. Ajouter la levure de boulanger déshydratée puis l'eau tiède progressivement, jusqu'à obtenir une boule de pâte.
Pétrir la pâte une petite dizaine de minutes, jusqu'à ce qu'elle soit bien lisse. Couvrir d'un linge humide et laisser reposer environ 1h à l'abri des courants d'air, le temps qu'elle double de volume.
Préparer la garniture : Eplucher la courge et la râper à la râpe à gros trous.
Délayer la purée de cacahuète dans l'eau. Ajouter alors la fécule au mélange en fouettant pour éviter tout grumeau.
Verser le mélange sur la courge râpée, saler et bien mélanger.
Monter la tarte : Rependre la pâte, la pétrir de nouveau quelques minutes puis l'étaler sur le plan de travail fariné sur une épaisseur d'environ 0,5 cm.
En foncer un moule à tarte préalablement graissé.
Répartir la garniture à la courge sur le fond de tarte et enfourner à 180°C pour 30 à 40 minutes, le temps que la garniture soit cuite.
Servir tiède, chaud ou froid.


Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 18 novembre 2017

Börek sucré à la citrouille

Börek sucré à la citrouille
Il est venu le temps de cucurbitacéééés....  Il n'y a plus à en douter, l'automne est bel et bien arrivé et avec lui son lot de potiron, butternut, potimarron et autres courges. Cela faisait un moment que cette recette me trottait dans la tête (presque un an à vrai dire, car elle m'était venue l'année dernière à la fin de la saison des courges. Je n'avais pas eu l'occasion de la tester, et l'idée était restée, bien insistante, se rappelant régulièrement à mon souvenir. Par conséquent, quand sont arrivées les premières courges sur les étals, ni une ni deux, je me suis mise en cuisine.
L'idée avait germé lorsque j'étais encore en Allemagne, influencée par les börecks aux épinards ou au fromage que proposent les boulangeries-épiceries turques qui pavent les rues. Fan de la pâte filo pour son côté à la fois léger et croustillant, j'ai eu envie de l'associer à la douceur du potimarron et de la cannelle, pour un dessert gourmand et réconfortant.
N'hésitez pas à préparer la farce en grande quantité. Elle est aussi délicieuse simplement à la cuillère et peut aussi servir de base à un délicieux pumpink latte en la mélangeant à du lait végétal bien chaud.
Börek sucré à la citrouille
Pour 1 gâteau :
  • 1/2 paquet de pâte filo
  • 400 g de potimarron (ou autre courge)
  • 1 à 2 c. à s. de sucre complet
  • 2 à 4 c. à s. de lait d'amande (ou autre lait végétal)
  • 4 c. à c. de cannelle
  • 50 g de cerneaux de noix

Préparer la farce : Faire cuire le potimarron 15 à 20 minutes à la vapeur, jusqu'à ce qu'il soit fondant. Pendant ce temps, torréfier les noix à sec dans une poêle.
Ecraser le potimarron avec le sucre et la cannelle. Ajouter le lait d'amande pour détendre un peu la préparation.
Superposer deux feuilles de pâte filo. Les badigeonner d'huile de coco fondue (ou d'huile d'olive). A l'aide d'une cuillère, déposer un boudin de farce tout le long de la feuille. Rouler la pâte filo sur la farce pour former un boudin. Enrouler celui-ci en escargot au centre d'une plaque à four. Recommencer ainsi jusqu'à épuisement de la farce en plaçant les boudins suivant dans la continuité du premier.
Badigeonner d'huile de coco fondue et faire cuire à 200°C. environ 20 minutes, que le boreck soit bien doré et croustillant.
A la sortie du four, saupoudrer de cannelle.
Déguster tiède ou froid.
Rendez-vous sur Hellocoton !